Nov 01

La Touraine vue du ciel, en Mongolfière

Il y a des jours où, un coup de bol tient à peu de chose. Mercredi 24 octobre, il m’a été offert la possibilité de participer à un vol en Montgolfière, suite à un désistement. Libre, c’est avec un immense plaisir que j’ai accepté cette offre. Voler au dessus de ma Touraine… quelle magnifique programme.

Le rendez-vous été fixé au pied du château de Chaumont sur Loire, pas très loin de la frontière entre l’Indre et Loire et le Loir et Cher. Le terrain d’envol quand à lui est situé à Onzain, juste derrière la gare, dans un champ bordé d’arbres, faisant un rempart naturel contre le vent lors du gonflage.

N’ayant jamais assisté ni participé à une telle aventure, chaque étape dans la préparation de notre vol était intéressante. L’équipe d’Air Magic nous a prise en main, expliquant et motivant chaque fait et gestes. On ne rigole pas avec la sécurité.
La première étape fut le dépliage de la toile au sol, avant de l’attacher au panier via une vingtaine de câbles en acier. Puis, deux ventilateurs sont venus insuffler de l’air froid dans le ballon pendant 10 minutes environ. Au fur et à mesure, la toile prenait du volume mais restait couchée sur le flan. Enfin, vint le moment de réchauffer l’air dans le ballon au moyen des bruleurs. D’après les explications, un écart de 75° est nécessaire pour obtenir une portance suffisante. En quelques minutes, cette opération fut réalisée.

Enfin, au top du pilote, nous avons du grimper sur les côtés du panier et nous installer à l’emplacement qui nous avait été attribué. Cette opération doit être rapide puisque le ballon est quasiment en portance totale. Par sécurité, il est relié à un véhicule par une élingue, qui, une fois toutes les personnes montées à bord sera détachée.

La montée est rapide. Nous avons vu de très près les arbres qui jouxtent le terrain d’envol. Durant tout le vol, notre pilote monte et descend. Il joue avec le sens des vents au sol et en altitude, qui peuvent pousser le ballon dans des directions très différentes.

Pas de sensation de froid. Le ballon avance à la même vitesse que le vent, nous ne ressentons pas le souffle du vent, hormis lors des changements d’altitude, le temps que le ballon adopte la vitesse. Quand la flamme brûle au dessus de nos têtes, l’air est chaud mais ceci n’est en aucun cas désagréable.

L’heure de vol fut magnifique, trop courte…. La Loire et ses châteaux, les coteaux et ses vignobles aux couleurs d’or de l’AOC Touraine… tout prend une autre dimension vu du ciel ! Après une montée jusqu’à 800m d’altitude, nous avons entamé notre descente au gré des courants d’air. Finalement, c’est entre deux vignes que notre ballon s’est posé après quelques rebonds. Quelques instants auparavant, la flamme avait été éteinte, et du gaz libéré (-50°) pour refroidir l’enveloppe et pousser l’air chaud vers le toit du ballon, ouvert pour chasser l’air et plaquer la toile au sol.

Rapidement et en suivant les consignes de l’équipe, nous avons participé au pliage et rangement de la toile. Une dizaine de personnes n’était pas de trop tant 70m de voilure pèsent !!

C’est autour d’une coupe de pétillant que cette belle soirée s’est achevée. Nul doute qu’a la prochaine opportunité, je serai à nouveau partant !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

REPONDEZ pour continuer - ANSWER to proceed * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*