Jan 07

2002 – Isla del Coco TI9M

TI9M logo (48443 octets)

T I 9 M

ÎLE COCOS – NA012
par F5CWU / Florent

du 17 février au 2 mars 2002

5-ship.jpg (39291 octets)

Située dans l’océan Pacifique, à 550 km du port de Puntarenas, Isla del Coco trône au milieu du parc national portant le même nom. Cette île volcanique, n’est habitée que par quelques gardes veillant au respect de l’environnement dans cet espace classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Leur rôle est également de gérer les accès à l’île qui sont extrêmement réglementés. C’est donc sur ce roc de 2400 hectares que nous avons jeté notre dévolu.

Le gros oeuvre de l’expédition a été réalisé par Henry TI2HMG. Obtenir les autorisations d’entrer dans le parc est assez facile mais avoir le feu vert pour y séjourner avec plusieurs tonnes de matériel dont des groupes électrogènes, des centaines de litres d’essences et ce pour 15 personnes pendant 12 jours est une autre histoire. De ce fait, l’organisation de l’expédition a demandé presque une année complète.
Au final, l’équipe se composait de : PA5ET, PA3EWP, IK3RIY, RN3BZ, WS4Y, N7DF, N6KT, AD6E, N4CD, KA0KKO, AK0A, KI7WO, IZ7ATN, F5CWU.

Un mois avant le départ, notre leader et organisateur disparaît suite aux problèmes de santé de son épouse, nous laissant sans nouvelles pendant deux semaines. Pendant cet entre-temps, des nouvelles alarmantes concernant notre licence nous parvenaient par le biais de radioamateurs Costaricains essayant de faire capoter notre projet. Sans nouvelles d’Henry, sans certitude d’avoir une licence valable pour les 14 opérateurs, et ne pouvant confirmer ou réfuter les dires de certains, nous nous sommes organisés afin de vérifier toutes les autorisations qui nous avaient été délivrées ainsi que chaque détail : Réservation du bateau, arrivée du matériel au Costa Rica, délivrance de la licence, permis de séjour sur l’île et paiement des différentes taxes d’entrée dans le parc National…

Dans son pays de résidence, ces vérifications sont assez simples à effectuer et de surcroît rapides mais à plusieurs milliers de Km, avec seulement 4 opérateurs parlant l’Espagnol (plus ou moins correctement), ces check-in de dernière minute représentaient un obstacle qu’il nous fallait absolument franchir…
Après plusieurs jours « d’investigation », tout était en règle sauf la licence. L’indicatif TI9M avait bel et bien été attribué pour notre expédition mais, seul le demandeur (TI2HMG) était spécifié sur le papier… A la réception du fax provenant du Control National de la Radio (CNR), nous étions tous désabusés. Une expédition à 450 000 F, sans licences, une semaine avant le départ !!!

Quelques jours avant de quitter le Costa Rica, et grâce aux démarches de Martino (IK3RIY), Alan (KI7WO) et Larry (N7DF) nous obtenions 14 licences personnelles (call/TI9) délivrées par le CNR. Dans un dernier élan, nous avons re-sollicité l’attribution de TI9M auprès des autorités et à jour J-2, nous avons reçu un fax à l’hôtel, nous informant que le CNR avait revu sa position et que tous les opérateurs de l’expédition étaient autorisés à utiliser cet indicatif.

SanJoseMeeting.jpg (52216 octets) 6meter_beam.jpg (47146 octets) preparation1.jpg (63102 octets)

Dans la nuit de vendredi à samedi, les derniers membres de l’équipe nous ont rejoint dans la maison louée servant de QG à TI9M. Après avoir fait connaissance, chacun a pu commencer à rêver de Coco. Plus rien ne pouvait nous arrêter !!

Après une longue réunion de travail, le samedi a été consacré aux derniers achats (escabeau, batteries de voiture, ventilateurs, bois…) et aux premiers essais, notamment de la 6 éléments 50 MHz dans la descente de garage de l’hôtel. Dans la soirée, nous avons rencontré TI2DLL (Mario) qui nous avait fourni de précieux renseignements lors de la phase finale des préparatifs.

Dimanche matin, tout le monde était surexcité et chacun s’activait à transporter le matériel et les valises jusqu’au bus qui allait nous emmener au port, situé sur la côte pacifique du Costa Rica. Ce n’est qu’après avoir été cherché le matériel envoyé par cargo quelques semaines auparavant que nous avons réellement pris la route. 2 heures et demie ont été nécessaire pour traverser ce beau pays, contrasté par des montagnes arides et des vallées à la végétation luxuriante.

Arrivés sur le quai du port, nous avons découvert le M/V TWO CAN, bateau à moteur de 30m sur 6, possédant 3 ponts et pouvant accueillir 15 personnes + 8 membres d’équipage. Rapidement le matériel a été déchargé sur le quai, puis stocké sur le pont du bateau et dans les chambres. 3 heures plus tard et après avoir installé un dipôle 20m (station Pactor/ e-mails) et la 3 éléments 50 MHz, nous avons mis le cap sur Coco. 40 heures ont été nécessaires pour rallier le cailloux. La traversée a été l’occasion de mener des réunions de travail entre les différents opérateurs ainsi que de se familiariser avec les IC-756. Pendant les derniers miles, nous avons été escortés par des dauphins qui nous ouvraient la route. Vers 9h du matin, nous étions arrivés, et le « TWO CAN » ancré à quelques encablures du rivage. Cocos était là, devant nous…

bus2.jpg (60693 octets) 6-packing-ship.jpg (58159 octets) departure1.jpg (45716 octets)

Une grande chevelure verte, composée de différentes essences d’arbres, d’herbes et de végétaux en tout genre onduler du haut de la falaise jusqu’au raz de l’eau. De fortes vagues venaient percuter les rochers, provoquant de gigantesques gerbes d’eau. A cet endroit, de nombreuses cascades et torrents venaient rejoindre les eaux du Pacifique.

Les gardes n’ont pas tardé à venir à notre rencontre afin de vérifier nos autorisations et nous indiquer les emplacements les plus propices à l’installation de nos tentes.

Après une heure de négociations, et d’explications, nous avons obtenu le feu vert. Une tente sera installée auprès de leur cabane, et une autre en haut de la colline. Il s’en est suivi d’une visite par quelques membres de l’équipe afin de faire une reconnaissance des lieux. Ce n’est qu’à 16h00 que nous avons pu enfin débarquer avec le matériel indispensable pour installer le plus rapidement possible 2 stations, objectif que nous nous étions fixés pour la première après-midi. Très rapidement des groupes se sont constitués afin d’assembler les antennes, installer la tente, dérouler les câbles électriques… Mais nous nous sommes fait surprendre par la nuit qui, dès 18h00 ne nous permettait plus de nous déplacer sur le rivage, rendant l’assemblage des antennes directives impossible. Nous nous sommes donc rabattus sur les verticales. À 18h30, nous avions un quart d’onde 30m et un autre pour le 40m qui fonctionnaient. L’installation était un peu bâclée, mais, nous n’avions guère le choix car le niveau de l’eau montait et à marée haute, il n’y avait pas plus du tout de plages. Les vagues se fracassaient sur la digue en cailloux confectionnée par les gardes et de ce fait, nous étions dans l’incapacité d’aller au bord de l’eau.

La première nuit a été consacrée aux 30 et 40 m CW, mais travaillant sur batteries à 5h du matin les 2 opérateurs se sont retrouvés dans le noir, sans transceiver et sans possibilité de rejoindre le bateau. Gag !!!

Après une bonne nuit de repos et un bon petit-déjeuner, l’équipe est revenue sur l’île par petits groupes au rythme des aller-retour du zodiac. Toute la journée, par une chaleur accablante (35° à l’ombre), nous avons installé les 2 Quads 2 éléments/5 bandes et peaufiné l’installation des verticales.
Certains se sont occupés d’éloigner le plus possible le groupe électrogène de la maison des gardes afin de réduire les nuisances sonores. De ce fait, il nous a été permis de l’utiliser en permanence et ce malgré les obligations spécifiées sur nos autorisations (pas de groupe électrogène entre 20h00 et 8h00).

Cocos_Island.jpg (27940 octets) Arrivee_Chatham_Bay.jpg (45612 octets) attente_debarquement.jpg (21232 octets)

En fin d’après-midi, 3 stations (2 CW + RTTY/CW) étaient actives sur le rivage… mais toujours pas de station SSB. Cela nous a valu pas mal de remarques sur les clusters DX !!!
En fin de soirée, les opérateurs SSB & 50 MHz (N6KT, PA3EWP, KA0KKO & F5CWU) ont décidé de gravir la colline afin de porter du matériel qui leur serait nécessaire le lendemain. Pour 3 d’entre eux, c’était la première montée et celle-ci s’est avérée plus difficile que prévue. Le chemin possède de nombreuses zones presque verticales et en dévers, sans compter les pierres glissantes qui l’ornent. Bref, c’est dangereux et très pénible, surtout lorsque l’on est chargé comme des bourriquots.

Au bout de 30 minutes, nous étions sur la corniche, surplombant de 200m la baie de Chatham. Quelle vue !!!
La descente a été encore plus mouvementée puisque la nuit nous a une fois de plus surpris. Par chance, un de nous avait une lampe de poche. Beaucoup de chutes et de grosses frayeurs lors du retour mais heureusement personne n’a été blessée.

14-view.jpg (54919 octets) 17-view.jpg (50159 octets) 16-view.jpg (77470 octets)

Le jeudi matin, l’équipe « Phonie » avait repris des forces et dés 07h30 celle-ci est montée en haut de son perchoir avec le reste du matériel nécessaire : escabeau, outils, quad, 2 TX + alims, mats télescopiques, essence, huile, eau… Le groupe électrogène (75 Kg) a été convoyé par l’équipage du bateau… Vers 16h30, la Quad HF et la 6 éléments 50 était prêtes à fonctionner. Matt (KA0KKO) surveillait les signaux vidéo et balises 50 MHz alors que j’ai ouvert les hostilités sur 10m SSB. Pendant ce temps-là Rich (N6KT) et Ron (PA3EWP) ont installé un dipôle 40m qui allait nous servir d’antenne n° 2 (40/15m). Lors de la première nuit, à quatre dans une tente igloo, avec 2 tables et chaises, nous étions un peu à l’étroit. C’est pour cela que nous avons décidé de scinder les opérateurs SSB en 2 équipes qui seraient en poste pendant 24h durant. Les 2 premiers jours, le rythme mêlé à la fatigue rendait les choses plus pesantes. De plus le « roulement essence » n’était pas au point puisque plusieurs fois nous nous sommes retrouvés à sec ! Il a fallu nous organiser autrement. Ainsi, chaque équipe débarquait sur l’île à 07h30, faisait le plein des 3 jerricans de 5l et grimpait afin d’être QRV aux alentours de 8h15. Chacun prenait son poste devant un des 2 TX et ce jusqu’au lendemain vers 07h00. Nous nous accordions seulement 2 heures de sommeil de 4h à 6h du matin, la fatigue étant plus forte. Le planning était donc très simple pour la station SSB1- 50 MHz-SSB 2.

Les échanges entre l’équipe 1 et 2 de la station « montagne » étaient brefs. Les consignes ou incidents survenus étaient transmis autour du zodiac, mais nous n’avions guère le temps de nous étendre. Avec les vagues, il fallait toujours faire vite afin de ne pas finir les quatre fers en l’air dans l’eau. Que de fous rire dans le zodiac mais également quelques frayeurs. J’en profite pour tirer un grand coup de chapeau à l’équipage, qui, de jour comme de nuit veillait à notre sécurité et nous transportait du bateau jusqu’à la plage malgré les risques, notamment à marée haute (pas de plage) et de nuit.

quad6.jpg (81034 octets) antennas.jpg (98587 octets) 160vert.jpg (59894 octets)

En bas, Bob N4CD faisait la programmation des opérateurs chaque jour. Des rotations de 2, 4 ou 6 heures étaient instaurées, rendant les shifts moins éprouvants. 10 opérateurs CW/RTTY se partageaient 3 stations.

A la mi-séjour, nos spécialistes bandes-basses (WS4Y, N7DF) ont installé différentes antennes pour le 80 et 160m. Après différents essais, le L-inversé (160/80) de AY Tech s’est avéré le plus efficace. Dès lors, ils ont consacré toutes leurs nuits à ces 2 bandes en SSB et CW. De nombreuses stations Européennes ont ainsi pu inscrire TI9M dans leur log.

La propagation était en général très bonne avec l’Europe et les US. Les stations SA se faisaient entendre en « back-scatter » puisque le chemin direct était bouché par l’île. En SSB, le 10/15m était largement ouvert dans l’après-midi et ont été les bandes les plus efficaces.
En CW, toutes les bandes étaient homogènes. Nous n’avions pas les mêmes conditions de propagation entre les 2 stations du fait de l’angle de tir différent des antennes.

Quant au 6m, malgré des dizaines d’heures de veille, à guetter chaque signal vidéo, chaque balise, nous n’avons effectué que 394 QSO dont les 2/3 lors de la dernière matinée, alors que le groupe électrogène venait d’être démonté. Pendant la semaine de trafic, quelques QSO ont été effectués en TEP avec le Sud et Centre Amérique ainsi qu’avec la côte Ouest des USA. De même quelques stations de la côte Est ont réussi à percer le souffle un matin. Lors du QSO, celles-ci nous ont signalé qu’elles entendaient notre balise CW depuis plus d’une heure. La propagation était seulement dans un sens, ce qui est arrivé de nombreuses fois. A plusieurs reprises nous avions des signaux vidéo européens assez forts mais aucune station sur 50 MHz !!! Dommage.

7-flo.jpg (41722 octets) 12-ssb-ops.jpg (50645 octets) icom-756proii.jpg (46565 octets)

Lors du démontage de la station montagne, nous fonctionnions sur une petite batterie de voiture que nous avions acheminée au cas où la propagation pointerait le bout de son museau.
Et cela s’est produit ! Une large ouverture sur la côte Est des USA nous a permis de contacter prés de 250 stations CW/SSB avant de disparaître. Nous espérions plus, surtout depuis un QTH comme celui-ci mais le 50 MHz est capricieux !!!

Le démontage de la station SSB « colline » n’a demandé que 2 heures, transport compris. Sur le rivage, seule une station a été conservée pour participer aux 10 premières heures de l’ARRL DX SSB. Le samedi, à 5h30 locale il nous a fallu arrêter les émissions afin de démonter les dernières antennes et la tente. Dès l’aube, toute l’équipe s’est mise au travail et en 2 heures et demie, la place était nette.

Il a fallu convoyer le matériel jusqu’à la plage où le zodiac pouvait venir chercher l’équipement et comme à l’accoutumé, les vagues étaient violentes et rendaient les allers-retours mouvementés. Mais l’équipage du « TWO-CAN » maîtrisait le sujet à la perfection.

equipment-to-be-shipped-back.jpg (73355 octets) Retour_du_materiel.jpg (49697 octets) 9-team.jpg (54046 octets)

Le capitaine du bateau, « Billy », voulait absolument quitter Coco aux alentours de midi afin d’arriver 40 heures plus tard à Puntarenas au moment de la marée haute. La marche de manoeuvre était très faible, et tout retard au départ de Coco pouvait se solder par une attente de 12 heures au large des côtes du Costa Rica.

Celui-ci était assez soucieux de voir le matériel revenir sur le bateau. Vers 9h00, tout l’équipement était de retour sur le pont, et le livre d’or de Coco signé par tous les membre de l’équipe. Certains ont même eu l’occasion d’admirer une dernière fois les fonds marins de cette île. Requins, raies, poissons tropicaux sont monnaie courante et c’est réellement un plaisir pour les yeux.
L’heure du retour sonna. C’est avec un pincement au coeur que chaque opérateur a regardé s’éloigner Coco. L’île nous en a fait baver mais au final, quel bonheur de se dire qu’on y était et que malgré les obstacles, notre expédition a été un succès.

Rob (PA5ET) et Ron (PA3EWP) ont réalisé de véritables prouesses avec les statistiques journalières, permettant d’orienter le trafic vers telle ou telle partie du globe. Le voyage du retour a été l’occasion de dresser un premier bilan : Au total, 80000 QSO (dont 42% avec l’EU et 42% avec les NA) ont été réalisés et se répartissant ainsi :

– 42650 en SSB
– 33200 en CW
– 4150 en RTTY/PSK

qso_per_band.jpg (39990 octets) qso_per_band_by_mode.jpg (44057 octets) eu-stat.jpg (17333 octets)

Cette expédition a été une formidable aventure qui nous a laissé à chacun de très bons souvenirs et de nombreux nouveaux amis. Malgré les différences de culture et de langage, nous sommes restés unis pour le meilleur et pour le pire afin de porter cette fabuleuse île sur les airs.

Nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont rendu cette expédition possible, Henry TI2HMG, les différents sponsors matériel ou financier, le personnel du CNR, l’équipage du TWO-CAN, et les gardes du Parc National de l’île Coco.

Flo, F5CWU (CDXC 929)
Avril 2002

QSL TI9M

 retour (version française)
 return (english version)

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

REPONDEZ pour continuer - ANSWER to proceed * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*